Accueil : Organisation

Le Centre d’observations et d’études des phénomènes thermiques (COEPT)

Le 21 décembre 2016, le Centre d’Observations et d’Etudes des Phénomènes Thermiques (COEPT) à Seclin a vu passer son 10.000e stagiaire au « caisson à feu »... L’occasion de revenir sur ce site de formation bien spécifique, son histoire, ses enjeux, ses projets.


Les interventions pour incendies représentent 7% de l’activité des Sapeurs-Pompiers du Nord, mais elles comportent des risques réels et bien particuliers aussi bien pour les citoyens secourus que pour les sauveteurs. Ces risques ne doivent pas être minimisés, et une formation spécifique est donc cruciale.


Présentation du COEPT

JPEG - 1.2 Mo
10 000 stagiaires formés depuis 2007
Inauguré en 2007, le Centre d’observation et d’études des phénomènes thermiques permet de former les sapeurs-pompiers au risque incendie


Au COEPT, c’est parfois le 1er contact avec le feu pour les stagiaires. Au cœur du dispositif : le caisson à feu ou caisson thermique. Il s’agit d’un container soumis à un feu réel. Il permet aux sapeurs-pompier d’effectuer une bonne lecture de feu, de multiplier les exercices et ainsi de mieux appréhender les phénomènes thermiques. Les manœuvres sur caissons thermiques permettent de s’approcher le plus près possible des conditions réelles d’interventions. L’enjeu pédagogique est de mieux connaître les caractéristiques d’un feu ainsi que la façon dont il se développe en vue d’améliorer la maîtrise des techniques d’extinction, dans un cadre sécurisé et encadrés par des formateurs. Cela permet de mieux gérer le « stress thermique » en intervention réelle et également de maîtriser les techniques de lance.


Le lieutenant Jean-Luc Verdière, responsable du COEPT précise : « lors des formations, les Sapeurs-pompiers en formation initiale mettent en pratique ce qui leur a été appris sur l’équipement (Appareil respiratoire isolant ou ARI, tenue de feu...) ; après une journée de formation théorique, ils observent au caisson le comportement du feu, appréhendent directement l’action de l’eau, et vivent en direct les aspects physiologiques de la température sur leur organisme. Pour les officiers, ce sont des formations « à la carte », qui permettent notamment un retour et un partage d’expériences très enrichissants, et un approfondissement des connaissances sur les ouvrants ou les caractéristiques physiques du feu ».


La température à l’intérieur du caisson peut atteindre les 1000°C par conséquent, les stagiaires s’équipent de leurs EPI complets – tenue de feu (casque F1 avec bavolet/cagoule/veste et sur-pantalon textile /rangers/gants de travail) + ARI à l’identique d’une intervention. Les stagiaires sont ainsi mis dans des conditions réelles d’un incendie.


De la même façon que la cinétique des feux a évolué, compte tenu de nouveaux matériaux de construction utilisés, de nouvelles normes..., les modalités de formation évoluent également.


Une approche pédagogique spécifique

JPEG - 1.7 Mo
Un outil pédagogique sur le risque incendie
En plus de la technique, une approche pédagogique complète du risque incendie est dispensée aux stagiaires


L’approche pédagogique se fait par la méthode APC (Apprentissage par les compétences), et elle a pour but :
> de reproduire le plus fidèlement possible les phénomènes auxquels sont confrontées les équipes opérationnelles
> d’apporter les savoirs nécessaires à la compréhension de ces phénomènes
> d’ancrer les savoirs faire et les attitudes à adopter.


Les instructeurs du COEPT, constitués de quatre permanents et d’une trentaine de formateurs issus des Centres d’Incendie et de Secours de tout le département, abordent notamment :
> la notion de système feu,
> la gestion des ouvrants et la ventilation lors des incendies, car « qui contrôle l’air contrôle le feu »
> la manipulation des lances à débit variable
> les signes et la conduite à tenir face aux phénomènes thermiques (embrasement généralisé éclair, explosion de fumées, Fire Gas Ignition (inflammation des gaz issus de la combustion)...)
> les techniques d’engagement en milieu clos ou semi-ouvert
> la communication opérationnelle dans le binôme d’attaque


Un outil utile pour le département … et au-delà

JPEG - 1.4 Mo
Assurer la formation des sapeurs-pompiers nordistes mais pas seulement
Chaque année, des stagiaires sapeurs-pompiers professionnels et volontaires du Nord et d’autres SDIS sont formés au centre d’observation et d’études des phénomènes thermiques


Le COEPT a été créé en 2007. En 2014, ses missions ont été élargies vers l’encadrement global de formations de tronc commun des Sapeurs pompiers Volontaires et Professionnels. Chargé principalement des formations « incendie » (de la formation initiale aux formations d’encadrement opérationnel), il met également en œuvre les stages de Moniteur des Techniques d’Engagement et d’Attaque au cours desquels sont notamment régulièrement accueillis des personnels des SDIS62, 02, 67 et de la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris. Il accueille également les stages de recyclage de sapeurs-pompiers privés.


Les formateurs permanents du Centre de Formation Départemental Seclin peuvent aussi être sollicités pour effectuer des analyses dans le cadre d’enquêtes-accident, ainsi que des interventions pédagogiques sur des sites comme le Tunnel sous la Manche ou récemment le nouveau terminal méthanier de Dunkerque.


Le COEPT a par ailleurs noué des partenariats avec le laboratoire central de la police nationale, la faculté des sciences de Lille et l’école des Mines de Douai.


Une nouvelle dimension pour 2017


En 2017, le CFD Seclin prendra une nouvelle dimension avec, dans un premier temps, un nouveau bâtiment « administratif », qui comportera une salle de cours, deux bureaux, des vestiaires et sanitaires.


Dans un second temps, à l’automne 2017, un module d’entraînement de 180 m² (60 m² au sol sur 3 niveaux) sortira de terre. Il s’agit d’une structure métallique qui permet tous les scénarios et tous les environnements : du feu de navire (coursives et escaliers spécifiques) au toit-école, en passant par la spécificité des portes blindées... Des rampe-gaz feront vivre des scénarios très précis et adaptables. Des fumigènes et lumières permettront une ambiance proche du réel. Ces équipements ont été entièrement conçus par les personnels du CFD Seclin avec l’appui des services techniques du SDIS. La mise en œuvre de ce nouvel outil permettra donc le développement de nouveaux scénarios de feux urbains et de feux de navire.


Un simulateur décalé et deux caissons d’attaque livrés en 2018.


Le dispositif permettra également le partage des connaissances et des méthodes incendie avec l’ensemble des personnels opérationnels, et notamment les formateurs impliqués dans les formations de tronc commun des sapeurs-pompiers, afin d’améliorer l’appréhension et les réponses opérationnelles apportées au risque incendie.


A suivre donc...